Les îles du Cap Vert

Autant le dire tout de suite, ce passage au Cap Vert a été bien trop bref !!!

A peine débarqués à Sal, on ressent une douceur, une tranquillité, qui invitent à ralentir et à se poser … nous passons une première journée tranquille, Catapulte arrive dans l’après midi et tout le monde se retrouve le soir dans le super cockpit de Seaview pour un apéro très très sympa.
Le lendemain nous faisons un saut pour faire les formalités d’entrée puis prenons un « aluguer » (minibus avec chauffeur, mode de transport local), avec Séquoia et Jubilacion pour aller un peu au nord à Buracona une grotte où plongent les rayons du soleil, et où l’on peut se baigner dans une piscine naturelle dans la roche. Enfin une bonne baignade dans une eau claire !!

Nous poursuivons la route vers Boavista et son mouillage paradisiaque, dans 2-3 mètres d’eau turquoise, avec vue sur la dune de sable blanc et le volcan.
Parfait si notre guindeau ne faisait pas de nouveau des siennes …. la clavette de remplacement a de nouveau lâché, redémontage et réparation, mais on a aussi un pb de puissance comme nous avons eu 2 fois déjà … plus de puissance sur le guindeau et grosse conso électrique, on commence à être vraiment dépités 😦 .
Nous faisons part de nos soucis à Daniel et Jean Paul de Apache qui passaient en annexe, et aussitôt ils viennent à bord nous aider, et nous partageons un repas-bricolage bien sympa. Ils trouvent un point dur dans la mécanique, qui doit bloquer de temps en temps et explique notre panne aléatoire. Remontage du guindeau et on part mouiller à une meilleure place.
Petit tour à terre pour faire les formalités, puis nous passons au marché au poisson prendre un pavé de thon découpé sous nos yeux dont nous nous régalerons à midi.

Nous profitons bien et je me prépare à passer mon anniversaire sur la page de Boavista… pas mal non ? finalement, en voyant partir Seaview dans un petit vent léger on se dit qu’on s’offrirait bien nous aussi une nav tranquille pour faire les 150 milles jusqu’à Mindelo car on a été bien chahutés depuis quelques temps. Coup d’oeil à la météo en début d’après midi … il faut partir le jour même pour avoir du 10 noeuds au portant plutôt que 25 noeuds au près … pas d’hésitation, on décolle ! C’est ainsi que ma journée d’anniv commence par une nav de nuit sous la pluie 🙂 , avec un vent qui tombe et oblige à de nombreuses manoeuvres, humhum !
Valentin verra de loin une baleine au lever du soleil …. la matinée est tranquille et on se prépare un bon petit repas en mer. Nous terminons au moteur par une superbe arrivée le long des côte de Sao Vicente, falaises et plages de sable blanc, c’est majestueux, on se régale !!!

Nous entrons dans la baie de Mindelo, approchons du mouillage …. et voyons arriver Géraldine de Calico et Elisabeth de Tsaelou en annexe, qui me crient un « Joyeux Anniversaire », quelle surprise, merci les filles 🙂 !! Petit tour du mouillage en annexe pour saluer les copains, on fait connaissance avec Vaga et Korrigan qui naviguent avec Tsaelou depuis quelques temps, puis on va vers la Marina où l’on retrouve enfin Mimosa, amarré à côté de Apache, et Vitavi le bateau de Rosy avec qui j’avais fait le stage médical… c’est l’ambiance fantastique de Mindelo où presque tout le monde se connait ou ne va pas tarder à se connaitre, avec le ‘bar flottant’ entre mouillage et marina comme lieu de RDV.
Tsaelou nous invite à rejoindre le groupe de bateau au resto qu’ils ont réservé avec les autres bateaux, la Bodeguita …. super soirée, délicieux mojitos et plats locaux, le tout couronné par des crêpes bananes/chocolat/coco avec une bougie d’anniv dégotée par Géraldine … top ! Une journée dont je me souviendrai :-).

Le lendemain nous allons prendre place à la marina entre Apache et Mimosa, pour nous consacrer aux préparatifs de transat. Seaview arrive peu après et nous les accueillons au même ponton, super !
Suivent quelques super journées pour les enfants qui ‘naviguent’ d’un bateau à l’autre, cela fait une chouette petite troupe avec Manon et Camille de Seaview, Tanguy de Mimosa, Simon, Camille, Agathe et Marion de Vitavi. C’est amusant de voir tout ces enfants qui s’apprêtent à traverser l’Atlantique et pour qui cela semble on ne peut plus normal …

Sinon le hasard faisant bien les choses, Tsaelou est arrivé ici avec comme équipier un jeune ostéopathe… il vient me faire une super séance à bord pour me débloquer le dos, tellement bien que notre cockpit se transforme en cabinet d’ostéo et voit défiler un certain nombre de copains. Une deuxième séance pour moi, tout n’est pas encore débloqué mais c’est beaucoup mieux.

Tous les bateaux ici sont sur le départ pour la transat, d’où cette atmosphère unique. Nous voyons partir Korrigan, puis Vitavi… quitter Mindelo comme s’ils partaient pour quelques milles seulement, mais beaucoup d’émotion à l’idée de ce qui les attend. Nous allons ensuite dire au revoir à Calico et Tsaelou qui partent ensemble.
Pour Mimosa, Apache et Seaview, le départ est fixé au vendredi 5 décembre. Pour nous c’est un peu juste, on a besoin d’une bonne journée de plus pour tout organiser à bord, fini de checker, ranger, revoir la répartition des stocks pour avoir accès à ce dont nous aurons besoin pendant les 2 semaines de traversée, et quelques soient les conditions.

La veille de leur départ nous allons visiter Sao Antao avec Seaview. Paysages grandioses, reliefs escarpées, cratères, cultures en terrasse, maisons traditionnelles avec toitures en sisal et cannes à sure en fleur, on en prend plein la vue. Les paysages de cette île sont vraiment extraordinaires.

Le départ des copains nous booste pour finir les préparatifs, toute le monde s’y met. On nettoie le bateau de fond en comble, ce n’est pas du luxe après le passage par le Sénégal, les invasions d’insectes et la terre qui s‘est logée partout… mat, cordages ruissellent marron.
Inspection du mat, décalage de la drisse de GV qui a un point d’usure , mauvaise surprise, apparition d’une fissure sur une chape de hauban, que l’on stoppe en perçant.
Une petite fuite au niveau d’un vérin qui commande les safrans nous fait un peu soucis aussi, mais il est très compliqué de réparer ici et la fuite est légère donc Valentin estime que l’on peut partir ainsi, en surveillant de près.
On complète l’avitaillement, tour des supérettes, du marché aux légumes, c’est assez limité au Cap Vert, heureusement qu’on a fait un bon stock aux Canaries et conservé précieusement les conserves maison.
Nous voici prêts, il nous faut juste attendre que le vent revienne.
Arrivent de nouveaux bateaux au ponton, Nomade, avec 3 enfants à bord, Passion un TS42, et Iolana un outremer 45 tout neuf, tous attendent lundi ou mardi que le voit revienne pour partir en traversée.

4 réflexions sur “Les îles du Cap Vert

  1. Le cap vert donne envie. On dirait le Cuba afro européen…
    J ai un doute a ta lecture carine. Avitaillement et non ravitaillement ?? Tu as sans doute creusé la question ?!!!
    Grosses bises de san sebastian ou l on admire la mer et on pense a vous.
    Claire & cie

    J'aime

    1. Bonne question ! terme couramment utilisé… bizarrerie du vocabulaire marin ? je suis allée jeter un oeil sur wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Avitaillement
      c’est un sens plus large que ravitaillement, avec la préparation, le chargement …. voilà voilà !
      sinon, le cap vert est effectivement extraordinaire…. le temps s’arrête ! pas bcp de photos, on a profité pleinement du trop peu de temps sur place. grosses bises à vous 4 et à bientôt !!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s