Missions VSF dans le Siné Saloum

Nous voilà en route pour accomplir nos différentes missions dans le Siné Saloum avec l’association Voiles Sans Frontières.

Nos missions sont les suivantes :
– transport de matériel médical, un tonomètre pour l’hôpital de Foundiougne
– collecte de fournitures scolaires : Camille et Simon ont collecté dans leurs écoles des livres et fournitures, parents, amis et institeurs se sont tellement mobilisés que c’est avec un bateau bien surchargé que nous sommes partis en voyage (750 crayons et stylos, 2200 feuilles, 57 dictionnaires et bleds, 63 bouteilles de peinture, règles, ardoises, colle, trousses, ciseaux, 4 ballons de foot)
– partenariats scolaires : 2 écoles d’Angoulême démarrent un partenariat scolaire avec des écoles du Siné Saloum, nous irons à la rencontre des écoles concernées à Diogane et Diamniadio
– inspections techniques de réservoirs d’eau de pluie et lattrines à Bassar, Bassoul et Thialane

IMG_3597-2 w

Capture d'écran 2015-11-17 21.52.04 De Dakar à Foundiougne

Nous levons l’ancre un peu avant le lever du jour avec Catapulte et Seaview, peu de vent en prévision, nous avons 60 milles à parcourir et l’objectif est de se présenter devant la passe avant 18h, il ne faut pas trainer. La matinée se passe au moteur, entre la température qui continue à monter et les invasions d’insectes en tous genre, les enfants ont beaucoup de mal à faire leur travail scolaire. Ils profitent aussi de la proximité des bateaux copains pour échanger par VHF… avec l’éternelle question ‘combien de matières as tu fait ?’, et de bonnes rigolades.
Nous commençons à croiser des barques de pêcheurs, certains viennent nous demander de l’eau ou des fruits, ils n’ont plus rien à leur bord sous ce soleil de plomb.
Peu à peu il commence à y avoir des petits drapeaux un peu partout et il faut slalomer entre barques et filets.
En fin d’après midi nous apercevons au loin Mimosa qui remonte vers Dakar, leur mission terminée dans le Siné Saloum, dommage nous arrivons trop tard pour les voir.
L’après midi nous pouvons enfin hisser les voiles et nous nous présentons tranquillement dans le chenal de la passe de Djiffer, que nous franchissons aisément pour remonter ensuite un peu le fleuve et mouiller devant le village à la tombée de la nuit. Seaview propose un apéro à leur bord… mais juste avant nous ne résistons pas et nous jetons tous à l’eau…. Ah ah ah, elle est à 32, c’est fabuleux !!!
Chouette soirée ensemble à la lueur des loupiottes, moustiques obligent, avant de partir vers nos villages respectifs.

_97A1510 w _97A1521 w _97A1546 w _97A1558 w
Le matin nous nous suivons jusqu’au village de Djirnda, où Seaview doit embarquer Seydou, correspondant VSF local, qui va les guider dans le bolon jusqu’à Diogane. Nous en profitons pour lui demander conseil sur notre itinéraire.
Julien a profité de cette nav à 3 sur le fleuve pour faire voler son drone et a réalisé de chouettes images.

_97A1584 w _97A1578 w _97A1567 wNous remontons le fleuve jusqu’à Foundiougne, la navigation est plutôt facile puisque nous sommes sur le bras principal, mais il fait une chaleur dingue en pleine journée, il va falloir s’habituer avoir 38°C dans le bateau.

Nous avons un tonomètre (appareil de mesure de la tension oculaire) à remettre à l’hopital de Foundiougne. Bien que nous sommes un samedi, notre interlocuteur, Papa Diouf, maintenancier à l’hopital, vient nous chercher dès notre arrivée à Foundiougne. Tellement rapide que c’est nous qui sommes en retard …. Le tonomètre, assez volumineux, avait été chargé à bord, en mai, bateau vide, dans les fonds sous le lit de Simon. Depuis les fonds se sont remplis et la cabine de Simon est devenue un vrai bateau pirate avec coffre, jouets et pas mal de bazar partout, il nous faut un peu de temps d’extraire le tonomètre de tout ça ! Enfin, le voici sorti, et chargé dans l’annexe pour le remettre à Papa Diouf qui nous propose de le suivre jusqu’à l’hopital pour visiter les lieux. C’est assez sommaire et nous comprenons vite les problématiques d’accès aux soins dans ces régions. C’est la fin de journée et nous sommes assaillis de moustiques dans les couloirs de l’hôpital, partis un peu vite du bateau, je n’ai pas la tenue adéquat et je me dis que ce serait qd même idiot d’attraper le palud … à l’hopital !
Le lendemain après la séance CNED nous allons faire un tour dans la ville, il y a quelques restos , il est préférable de commander le matin, mais à « baobab sur terre » cela va être possible moyennant 1h30 d’attente, le temps de cuisiner, et on nous propose des crevettes du Saloum, extra ! Cela valait la peine d’attendre, on nous sert un super plat de crevettes aux oignons, crevettes pêchées la nuit même, un régal, avec en prime des discussions très instructives avec notre hôte. L’orage qui gronde écourte notre visite, retour au bateau.

_97A1612 w _97A1606 w _97A1604 w _97A1596 w

Mission à Diamniadio

Nous quittons Foundiougne pour redescendre vers Diamniadio accomplir notre première mission scolaire. A peine entrés dans le bras de rivière du village, nous sommes accueillis par une joyeuse bande d’enfants qui du ponton nous interpellent et chantent, c’est l’heure de la récré et l’arrivée de « Toubabs » (blancs) est une attraction.
Il nous faut un peu de temps pour trouver ou jeter l’ancre car les fonds passent très rapidement de 10m à 2m selon le courant. Nous débarquons en début d’après midi et les enfants nous entourent, nous accompagnent en s’agrippant à nos mains, quel accueil chaleureux !
filets de pêche à la crevette _97A1669 w _97A1677 w

Ils nous guident jusqu’au directeur de l’école Mamecor, avec qui nous échangeons un moment sur notre mission et l’organisation de la journée suivante. Il nous parle des familles Leconte et Joubert qui sont passées dans ce village quelques années avant. Clin d’œil sympa puisque le voyage de la famille Joubert a grandement inspiré notre projet de voyage.
Pendant ce temps les tous petits jouent autour de nous avec des crabes tenus par une ficelle.

 

_97A1722 w les petits et les crabes
Nous sommes ensuite reçus par le chef de village, dans sa case, accompagnés d’un traducteur, c’est un moment fort. Dans le village, les enfants se bousculent toujours à qui tiendra nos mains, Simon est un peu déstabilisé par cette agitation, des femmes me présentent leur bébé pour que je les touche, ces tous petits sont craquants, des gens nous montrent leurs plaies et là nous nous sentons là bien impuissants…

 

 

Le village est assez aride, et les maisons où nous sommes entrés composées d’une seule pièce, la chambre. On cuisine et on mange dehors. Ici il n’y a pas de véhicules, seulement quelques ânes et charrettes.
Les gens vivent essentiellement de la pêche, poissons et crevettes sèchent au soleil sur des bâches dans les rues du village.
Des marchandes vendent quelques fruits dans la rue : tomates, oignons, part de pastèque, cacahuètes. La pirogue arrive de Foundiougne chargée de pastèques.

_97A1737 w _97A1741 w _97A1747 w séchage de crevettes tissage de filet de pêcheNous avons préparé la collecte de fournitures, qui va être répartie sur 3 villages : Diamniadio, Baout et Roffangué. Le lendemain nous chargeons cela dans l’annexe et arrivés au ponton, pas besoin de demander de l’aide pour attacher l’annexe et porter les bacs, petits et grands sont là et des bras se tendent de partout.
Nous allons jusqu’à l’école, qui est au bord du fleuve, ouverte sur le village.
Simon est beaucoup plus à l’aise au milieu de la foule d’enfants.
Nous retrouvons Mamecor pour lui remettre le matériel collecté. Il transmet ses remerciements aux écoles, aux parents, amis qui ont participé.
Le ballon vert de Maxime a beaucoup de succès auprès des instituteurs ☺.

coup de main efficace

la photo de l'école maternelle d'Angoulême

la photo de l’école maternelle d’Angoulême

C’est une grosse école, 6 classes avec 40 à 50 enfants par classe, et une « garderie initiation » équivalent de maternelle avec une classe de 60 enfants.
2 salles de classes sont hors d’usage car la toiture de tôle est trop délabrée, il ne faudrait guère plus de 2000€ pour les remettre en état, mais pour le moment pas de budget.

Nous remettons les écrits de la classe de CE2 de Mme Becker dans le cadre du partenariat scolaire : lettres de présentation des chaque élève et de la maîtresse, et liste de questions, que nous commentons ensemble (certains termes ne sont pas utilisés dans le même sens, pour nous devoirs est le travail à la maison, pour eux cela représente les contrôles, ils sont donc surpris quand on leur parle de devoirs à la maison).
Nous visitons ensuite chaque classe, présentations, chants, et Simon ose même leur chanter ‘le Noel des animaux’, avec notre soutien.
Nous leur faisons des photos de classe grâce à notre imprimante photo à bord, et on me demande aussi quelques photos d’identité, car il leur faut plusieurs heures de pirogue pour se rendre à Foundiougne les faire.
Le soir nous recevons les instituteurs à bord.
Puis dans la nuit nous entendons les chants nous parvenir du village.

les questions de la classe d'Angoulême _97A8315 w la classe de CE2

Bassar – Bassoul – Thialane

Nous reprenons notre route vers le bolon de Diogane où se trouvent nos prochains villages, ce bras est beaucoup plus étroit que ceux sur lesquels nous avons navigué jusque là, c’est magnifique : mangrove, baobabs, oiseaux …

Nous jetons l’ancre devant Bassar. Valentin part faire l’inspection des réserves des 2 premiers villages pendant que j’avance le CNED avec les enfants.

baobab ponton de Thialane au travail ! _97A8387 wL’association VSF finance la construction de systèmes de récupération d’eau de pluie par les gouttières, et est soucieuse de la pérennité de ses actions, et de son appropriation par les responsables locaux. Nous sommes en fin d’ »hivernage », saison des pluies, les réservoirs sont sensés être plein. Aussi le but est entre autres de vérifier leur remplissage, et que toutes les protections contre le soleil et les insectes sont bien en place. VSF finance aussi la construction de lattrines pour les écoles, ce qui, sans eau courante, demande un peu de ‘rigueur’ pour maintenir la propreté.

Bassar Bassar, inspection réservoir eau de pluie Bassoul BassoulDe retour au bateau, le passage d’un gros varan à côté du bateau calme nos élans de baignade. Nous partons ensuite en famille vers le dernier village, Bassoul, a une heure de marche de Bassar, le chemin entre les 2 villages est très joli et se termine par des petits ponts… tout cela serait vraiment fabuleux si ce n’était pas une décharge géante. Plage, rues sont jonchés de déchets. Seydou qui nous accompagne ce jour là nous explique que VSF a travaillé à mettre en place une collecte de déchets, financé des ânes et organisé le système de collecte, nécessitant une petite redevance par quartier pour payer les personnes en charge du ramassage, mais cela n’aurait pas perduré… il faudra surement encore du temps et du travail d’éducation pour que les mentalités évoluent. Nathalie nous a aussi expliqué que pour certains il y avait une croyance comme quoi cette accumulation sur les plages protègerait de la ‘montée des eaux’.

Il y a une réunion de marabouts ce jour là et Bassar, et cette nuit là les chants et cris que nous entendrons serons plus étranges que les autres nuits.

Diogane

Inspections terminées, il nous reste un peu de temps pour poursuivre le bolon jusqu’à Diogane, afin de rencontrer Mohamed Diouf qui va lui aussi correspondre avec une école d’Angoulême, et retrouver nos amis de Seaview qui ont passé la semaine entière dans ce village.
Les femmes du village organisent une fête pour le départ de Seaview, chants, danses, nous sommes très heureux de pouvoir assister à ce beau moment, qui restera un souvenir inoubliable et une belle cloture de cette semaine dans les iles du Siné Saloum.
Ici aussi les enfants nous réservent un accueil extraordinaire, et les femmes nous entrainent dans leurs danses.
Quel beau moment de partage malgré toutes les différences culturelles qui pourraient nous séparer, « on est ensemble » comme nous le répétait Mamecor à Diamniadio. Ce soir là le directeur d’école demandera à Camille et Manon, les enfants à bord de seaview, de se faire porteuses d’un message d’unité et de paix entre les religions.
Ce soir là, quelques heures plus tard, en me levant dans la nuit, je découvrirai une notification sur mon téléphone concernant les attentats de Paris, sans pouvoir avoir accès à des infos objectives, juste quelques commentaires nocturnes sur les réseaux sociaux qui laissent deviner l’horreur…… et la réalité qu’on découvrira au matin est encore pire que cela.

 

_97A8510 w cour d el'école fête de départ fête de départ

Nous levons l’ancre bien pensifs pour la dernière étape avant la remontée sur Dakar, à Mar Lodge où nous allons retrouver Catapulte.

_97A8537-Modifier w

Retour vers Dakar

Nous arrivons à Mar Lodge en fin de matinée … enfin une après midi tranquille en vue … ou pas ! Au moment de mouiller à côté des copains le moteur tribord cale, et Valentin passe l’après midi à chercher la cause. Coup de fil à Alex de Soubise, et sur ses bons conseils Valentin finit par déloger une crasse dans le circuit d’injection…. C’est reparti !

_97A8643 w _97A8646 w _97A8654 w _97A8659 w _97A8660 w _97A8668 w _97A8671 wLa remontée vers Dakar se fait dans des conditions météo idéales … un régal si ce n’est le slalom entre les filets de pêche, particulièrement denses par endroit, un peu sportif à 9 nds 😉

_97A8684 w _97A8687 w _97A8689 w

Cette étape du Sénégal et en particulier du Siné Saloum restera sans aucun doute l’une des plus marquantes humainement… il nous faudra encore un peu de temps pour digérer tout cela et mettre des mots.

15 réflexions sur “Missions VSF dans le Siné Saloum

  1. Merci pour ce partage de vos découvertes, de vos rencontres… cela rejoint un peu nos expériences d’accompagnement des Compas dans leurs projets de solidarité vers Madagascar, le Népal, l’Inde… que de richesses! Bravo pour toutes ces réalisations!
    Et grosses bises à vous 5.
    Mélie et Stéphane

    J'aime

  2. Merci pour toute cette lecture d’un seul coup ! Bravo pour cette belle mission, et pour toutes ces ondes positives que vous nous envoyez, tout le monde en a bien besoin en ce moment. Bises

    J'aime

  3. Merci merci merci de toutes ces photos et beaux moments à partager dans la classe dès lundi, ça va nous changer de cette semaine pas simple à vivre… Vous nous montrez un bel exemple de solidarité, merci encore et à très bientôt de vos nouvelles. Elise

    J'aime

  4. Merci pour ce reportage émouvant. Bravo pour le projet humanitaire !
    Par les temps qui courent, ça réchauffe le coeur de voir cette solidarité et ces moments partagés toutes cultures confondues.
    C’est un plaisir de voyager avec vous à travers les récits et photos de Carine.
    Bises à tous les Cinq.
    Madeleine et JPaul

    J'aime

  5. Je viens de parcourir ton blog que je n’avais pas revu depuis longtemps .. que d’émotion ! forcement je revois des endroits ou nous étions il y à un an à travers ton regard … Mais aussi des endroits que l’on a pas fait ..et qu’on espère faire un jour ! merci de partager ce magnifique reportage !! Profitez encore et encore .. le meilleur reste à venir !! Bon vent à vous 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s