Porto, Péniche

Ribeira – Porto

Décision est prise de descendre assez vite vers l’Algarve, premier objectif, Porto à une centaine de milles, une grosse journée de nav en perspective !
7h le réveil sonne … et on entend tomber des cordes sur le pont du bateau, humhum …motivés pour descendre vers le sud, mais pas masos, on attend un peu que ça se calme … 8h, c’est mieux, on lève l’ancre, on hisse la GV, le vent prévu à 10 Nds est à un bon 20, le bateau file dans la baie, mais Valentin voit un problème au niveau d’une latte, on affale, et après une bonne demi heure d’acrobaties avec serre joints en bout de bôme, tout est Ok et on peut hisser de nouveau la GV. Sortis de la baie, le vent est beaucoup plus calme, nous avançons mollement sous le crachin. A trois reprises nous hissons le gennaker, et à chaque fois un grain arrive à ce moment là, et on affale tout .

Les enfants s’occupent en écoutant des livres audio, et moi je cuisine pour réchauffer un peu le carré. Vers 17h, la temps s’éclaircit et on retrouve un peu de visibilité, ça change tout . Nos portables captent le réseau portugais et au passage se décalent d’une heure, la nav parait un peu moins longue ;-). A l’approche de Porto, il y a de plus en plus de casiers de pêcheurs, il faut être vigilants. Nous devinons le soleil descendre derrière les nuages et nous demandons pendant combien de temps nous aurons assez de visibilité pour distinguer les petits drapeaux des casiers, et commençons à regretter d’être partis plus tard que prévu. Pendant que les enfants regardent des films à l’intérieur, nous scrutons la surface de l’eau et slalomons entre ces casiers.

Le soleil est maintenant couché et nous arrivons devant le port de commerce de lexoes, heureusement il n’y a plus de casiers dans cette zone. La » blue hour » est magnifique avec toutes les lumières du port de commerce et de la raffinerie. Pas fan de ces paysages en règle générale, mais après 12h de nav dans la grisaille, c’est une belle récompense. Il faut maintenant être vigilants avec les nombreux navire de commerce qui entrent et sortent du port, mais l’AIS est un allié précieux pour savoir s’il y a un risque de collision ou non. Plus que quelques milles et nous voici à l’entrée du Rio Douro, fatigués mais heureux de retrouver cette ville où nous étions venus il y a 2 ans. Nous nous amarrons à côté d’Invictus, énorme Lagoon 62 qui était avec nous à La Corogne. Malgré notre arrivée tardive, l’équipage vient nous aider à nous amarrer, c’est sympa !

Voilà, 100 milles tout rond parcourus, en 14h, ravis d’entamer une nouvelle étape du voyage.

A Porto

Nous découvrons avec plaisir le quartier ‘Afurada’ de la Marina, populaire, vivant et coloré, avec ses petits restos, son lavoir et le linge qui sèche sur l’esplanade. La balade à pied jusqu’au centre ville, ou jusqu’à l’océan est très sympa, et nous passons bien sûr par la case ‘visite de chais’ et complément de la « cave » du bateau (malgré la surcharge …. 😉 ).

De Porto à Figueira da Foz – 66 Nm

Nous reprenons notre descente vers le sud dès que le vent le permet. Départ le matin, tout juste ce qu’il faut de vent pour être à la voile. Dans la matinée nous nous faisons rattraper par un monocoque à 7 nds alors que nous avançons à 5, ce qui ne manque pas de titiller le capitaine qui finit par sortir les jumelles, pour confirmer qu’ils sont bien au moteur ! Le vent monte un peu dans la journée et nous sortons le gennaker . Enfin une super nav, où nous pouvons bouquiner dans les trampolines, et poser les vestes de quart, c’est un régal ! Et en plus nous rattrapons le fameux voilier, sous spi, ainsi que 2 autres voiliers français, et arriverons ensemble à Figueira da Foz. La côte est plus aride, la végétation change et c’est très sympa. Petite soirée en ville, et réveil le lendemain sous un soleil radieux, et prenons enfin un petit déjeuner dehors à lézarder au soleil. Grand ménage à bord avant de reprendre la mer pour Péniche.

De Figueira da Foz à Péniche – 60 Nm

Comme prévu, le vent est beaucoup plus fort et nous ne verrons qu’un seul autre voilier lors de cette journée. Les conditions sont plus sportives mais les enfants sont maintenant bien amarinés et s’occupent tous seuls à bord.
Côté pêche, nous sommes toujours bredouilles, pas de visite de dauphins non plus depuis la traversée du golfe de Gascogne, tout juste quelques oiseaux.
Nous entrons dans le port de Péniche et sommes tout de suite sous le charme, architecture, couleurs, odeurs, le dépaysement commence. Le ponton est essentiellement fréquenté par des allemands, alors que depuis l’Espagne nous ne voyons sur l’eau pratiquement que des français.
Une bonne nuit de repos, une journée de visite de la citadelle et des petites rues de la ville, et nous partons en fin de journée pour les îles Berlanga, à quelques milles de Péniche.

4 réflexions sur “Porto, Péniche

  1. super belles images, ça me fait bien plaisir de partager le périple de votre petite famille, et de voir les sourires des enfants, mon fils est actuellement en vacances près de Porto, ça me permet de voir un peu l’architecture du coin. Bonne continuation et à bientôt

    J'aime

  2. Bonsoir
    Je suis Chantal votre ancienne voisine (rencontrée tard pdt votre déménagement) rue cité Dumas. Je suis très émue de vous suivre et j’ai grand plaisir à découvrir ces différents lieux souvent magnifiques ! MERCI de me faire partager votre voyage, c’est formidable ! Vous êtes rayonnants de vie, de joie ! Je vous souhaite force et courage et pleins de merveilleuses bénédictions !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s